Lycée Louis le Grand

depuis 1563

 

(en cas d'affichage défectueux, merci de rafraîchir la page)

Flash info

Les diplômes du baccalauréat 2017

peuvent être retirés au secrétariat élèves

entre 8h30 et 18h

(15h le mercredi)

Le Panthéon

 

Sommaire

Histoire
L'Edifice aujourd'hui

Informations pratiques

Retour au sommaire

 

 

Histoire

 

 

difficultés de financements retardent les travaux en obligeant l'architecte à organiser trois loteries pour trouver les fonds nécessaires. En 1778, des lézardes dans les fondations dues à des mouvements du sol ravivent les critiques contre Soufflot qui meurt en 1780. Son plus brillant élève, Rondelet achève l'oeuvre en 1789 pantheonconstruction.jpg

La construction du Panthéon sur les plans de Soufflot

 

La construction de l'édifice

Une abbaye est construite en 508, sous le règne de Clovis, et renferme bientôt la dépouille de Sainte-Geneviève, héroïne martyre qui sauva Paris des invasions barbares au Vème siècle avant de recevoir celle de Clovis lui-même. Louis XV, gravement malade à Metz, en 1744 fit le voeu s'il guérissait de remplacer cette abbaye Sainte-Geneviève par un magnifique édifice. Le gigantesque batiment de 110 mètres de longueur, 84 mètres de large et 83 mètres de haut en forme de croix grecque est construit sur les plans de Jacques-Germain Soufflot, protégé de Marigny, frère de Madame de Pompadour et admirateur de l'architecture gréco-romaine. Malgré les prédictions d'éffondrements faites par de nombreux architectes de la cour, la construction des fondations commence en 1758 et la première pierre est posée lors d'une cérémonie fastueuse en 1764. Des

 

 

Le temple de la renommée

En 1791, la Constituante décide que l'Eglise, fermée au culte, recevra "les cendres des grands hommes de l'époque de la liberté française". Antoine Quatremère de Quincy est chargé de modifier la structure de l'édifice et les 42 fenêtres aménagées par Soufflot sont bouchés. Ce panthéon, demeure de tous les dieux de l'Antiquité accueillera Mirabeau, Voltaire, Rousseau, Le Peletier de Saint-Fargeau et Marat jusqu'en Thermidor An II (Juillet 1794). Dans le procécus de christianisation mis en place par Napoléon après la signature du concordat avec le pape (1801), le temple est rendu au culte en 1806 sous le nom d'Eglise Sainte-Geneviève avant de devenir une nécropole sous Louis-Phillipe. A nouveau rendu au culte par Napoléon III, l'édifice sera quartier général de la Commune puis redeviendra temple laïque pour recevoir les cendres de Victor Hugo en 1885. Depuis cette date, le temple accueille les "grands hommes " au cours de grands cérémonies depuis Emile Zola et Jean Jaurès jusqu'à Jean Moulin qui y entra en 1964 après un discours mythique d'André Malraux, alors ministre de la culture de De Gaulle.

malraux.jpg

André Malraux prononce son légendaire discours pour l'entrée de Jean Moulin au Panthéon en 1964

Discours de Malraux

 

 

L'édifice aujourd'hui

 

 

Extérieur

L'Eglise, en forme de croix grecque, repose sur une immense crypte qui devait à l'origine recevoir les corps des moines Soufflot visait à concevoir un temple sur le modèle romain, le prermier du genre à Paris comprenant un dôme reposant sur une armature de fer , trente deux colonnes et un fronton très largement inspirés du Panthéon romain. Le projet original fut modifié de nombreuses reprises par la constituante. Sur le fronton triangulaire surplombant la porte centrale, on peut lire en lettre d'or gravées en 1837 "Aux grands hommes, la patrie reconnaissante". Sur ce fronton, David d'Angers réalisa en 1831 une fresque représentant la patrie distribuant, entre les civils et militaires parmi lesquels Bonaparte ou le tambour d'Arcole, aux grands hommes la couronne tendue par la liberté. Des sculptures en marbre de chaque coté de la porte centrale représentent le baptème de Clovis, Attila et Sainte-Geneviève.

pantheonjour.jpg

Le Panthéon de jour

 

 

pantheonnuit.jpg

Le Panthéon de nuit

Intérieur

A l'intérieur, les murs sont décorés de peintures représentant les plus célèbres scènes de la mythologie française depuis la vie de Sainte-Geneviève et de Jeanne d'Arc jusqu'au couronnement de Charlemagne. C'est sous la seconde calotte de la coupole que Foucault, utilisant la grande élévation du dôme installa son célèbre pendule de laiton de 28 kg au bout d'un cable de 67 mètres en 1849 prouvant ainsi la rotation de la terre. Une réplique est d'ailleurs toujous en place. La crypte qui s'étend sous tout le monument est composée de plusieurs galeries en style dorique. A l'entrée, une urne contient le coeur de Gambetta depuis le 11 Novembre 1920, jour où fut inhumé le soldat inconnu. Dans la première Galerie,tombes de Rousseau et de Voltaire se font face. Plus loin, on peut voir dans la crypte les tombes du maréchal Lannes, de Lazare, de Sadi Carno, de Marceau, de Jean Moulin, de Victor Hugo, d'Emile Zola, de Louis Braille, Victor Schoelcher, Jean Jaurès ou encore Jean Monnet. Dans la dernière galerie, 41 hauts dignitaires du premier empire dont les exploratuers de l'Egypte ou des généraux, cardinaux, savants (Lagrange) sont entérrés.

 

 

Informations pratiques :

Adresse : Place du Panthéon 75005 Tél. : 01.44.32.18.00

Accès Métro : Cluny-la-Sorbonne / Maubert-Mutualité / Cardinal-Lemoine (Ligne 10) - RER B : LUXEMBOURG

Horaires : Tous les jours Eté 9h30 - 18h30 et Hiver 10h - 18h15

Tarifs: Plein tarif : 35,00 FF Tarif réduit : 23,00 FF soit 5,34 et 3,51 euros

pantheon2.gif

Situer sur le plan