Lycée Louis le Grand

depuis 1563

 

(en cas d'affichage défectueux, merci de rafraîchir la page)

Flash info

Les diplômes du baccalauréat 2017

peuvent être retirés au secrétariat élèves

entre 8h30 et 18h

(15h le mercredi)

Le Théatre de l'Odéon

 

Sommaire

La construction de l'Edifice
Le destin tourmenté sous la Révolution et l'Empire
Le XIXème siècle
Le XXème siècle
Informations pratiques

Retour au sommaire historique et monuments

 

 

La construction de l'édifice

En 1770, les Comédiens Français, comédiens ordinaires du roi, à l'étroit dans leur salle du jeu de Paume qui se situait rue de l'Ancienne Comédie déménagent dans la Salle des Machines du palais des Tuileries en attendant la construction d'un grand théatre monument sur les terres du Prince de Condé qui leur sera attribué.

Après dix ans de batailles immobilières dans ce quartier qui était appelé à être entièrement reconstruit et dans lequel le théatre de l'Odéon devait constituer la pièce maîtresse, Monsieur, premier frère du roi et comte de Provence (futur Louis XVIII) posa la première pierre de l'édifice en octobre 1780. Héritier de l'Hôtel de Condé, il fit don du terrain et finança l'ensemble des travaux conduits par les architectes Marie-Joseph Peyre et Charles de Wailly.

Le théatre, bâti dans un style antique s'inspire également des salles à l'italienne (parterre de bancs). Deux ponts relient à la façade du théâtre les pavillons Corneille et Molière. Le "Théâtre Français" est achevé en 1782 et inauguré le 9 Avril 1782 en grande pompe par Marie-Antoinette.

Le 27 avril 1784, Beaumarchais produit au Théâtre-Français le Mariage de Figaro avec le soutien de la reine et malgré l'avis contraire du roi ; le succès de la pièce fait entrer le théâtre dans la légende.

carteduXVIII.jpg

Les plans du nouveau quartier à l'emplacement de l'Hôtel de Condé construit autour du "Théatre Français"

construction.jpg

La coupe de l'intérieur de l'Odéon

theatreauXVIII.jpg

Le Théatre de l'Odéon après sa construction

 

 

talma.jpg

Le tragédien François-Joseph Talma (1763-1826), grand défenseur de la cause républicaine

odeonbrule.jpg

L'incendie du théatre de l'Odéon en 1799

Le destin tourmenté sous la Révolution et l'Empire

En 1789, avec le début de la Révolution, le Théâtre Français devient Théâtre de la Nation. Dès 1791, la troupe est déchirée entre républicains et royalistes. Le tragédien Talma entraîne ses camarades Républicains dans la Salle Richelieu (actuelle Comédie Française) tandis que les partisants de l'Ancien Régime qui restent à l'Odéon sont emprisonnées pour incivisme sous la Terreur en 1793 à la suite de la représentation de Pamela ou la Vertu récompensée. Le théâtre est alors fermé.

Il est réouvert par la convention thermidorienne le 27 Juin 1794 lors d'une cérémonie fastueuse. Cependant, la troupe est dissoute en décembre et le théatre devient lieu de rassemblement politiques.

En 1796, le directoire confie aux entrepreneurs Poupart-Dorfeuille et Cie la tâche de faire devenir le théatre un institut pour former artistes dramatiques, interprètes et poètes tragiques ou comiques. L'édifice prend le nom d'Odéon, de l "Odeum" romain, où l'on chantait ou déclamait en chantant. Le projet est un échec et le théatre n'en gardera que son nom.

En 1799, l'Odéon brûle ; il est restauré par Chalgrin sous l'Empire et devient "Théâtre de Sa Majesté l'Impératrice et Reine" alors qu'il est rattaché au Sénat de l'Empire. Il est dirigé par Louis Picard qui permettra à la troupe de conserver une certaine homogénéité. Le batiment est à nouveau en proie aux flammes le 20 Mars 1818. Il est reconstruit sous les directives de Baraguey, architecte de la Chambre des Pairs, et ouvre en septembre 1819 sous le nom de Second Théâtre-Français.

 

 

Le XIXème siècle

Sur ordonnance royale, il est alors assimilé à la Comédie Française et à nouveau dirigé par Picard. Les triomphes du romantisme à l'Opéra n'empêcheront pas sa mise à la diposition de diverses autres troupes de théatre ce qui lui vaudra le surnom de "théâtre omnibus" et aggravera les difficultés financières entrainant sa fermeture en 1848.

L'Odéon sera également le théatre des débuts de Sarah Bernhardt dans le rôle d'Aricie du Phèdre de Racine donné pour la fête de l'Empereur le 15 août 1866. La brillante actrice obtiendra du ministère de la guerre l'installation d'une ambulance militaire dans le théatre pendant le siège de Paris.

La fin du siècle est marquée par des rénovations de confort et de sécurité : installation du chauffage grâce à deux calorifères, d'une terrasse d'évacuation du public et de l'électricité en 1888.

bernhard.jpg

Sarah Bernhard

 

 

Le XXème siècle

Durant tout le début du vingtième, les différents directeurs du théâtre Antoine, Gémier et Abram s'attacheront à moderniser l'édifice notamment en permettant des jeux de lumière, ou en rénovant les planchers et la charpente du batiment. Le monument sera fermé à la fin de la Seconde Guerre Mondiale avant d'être réouvert en 1946, date à laquelle il passe sous administration de la Comédie Française pendant 13 ans. On y joue toutes sortes d'auteur contemporains Créations de pièces de Courteline, Feydeau, Rostand, Pirandello, Jules Romains, Montherlant, Audiberti, Cocteau...

En 1959, la direction du théatre est confié à Jean-Louis Barrault. En Mai 1968, celui-ci ouvre les portes du théatre aux étudiants. Il en résulte une occupation de près d'un mois qui coutera sa place à Barrault. Au sortir des évenements, le théatre est endommagé et ferme pendant plusieurs mois pour d'importants travaux de réfection. En septembre 1971, l'Odéon devient Théâtre National : il doit s'orienter vers "la création et la recherche afin de favoriser le progrès de l'esthétique théâtrale nationale et mondiale".

Par le décret du 1er Juin 1990, le théatre de l'Odéon devient Théatre de l'Europe consacrant son titre de "maison commune du théâtre européen". En 1995, l'Odéon inaugure la bibliothèque Jean-Louis Barrault qui offre aux lecteurs un fonds théâtral étendu à toute l'Europe. La bibliothèque est enrichie par les archives papiers, sonores et filmées du théâtre.

 

 

Informations pratiques