Lycée Louis le Grand

depuis 1563

 

(en cas d'affichage défectueux, merci de rafraîchir la page)

Flash info

Les diplômes du baccalauréat 2017

peuvent être retirés au secrétariat élèves

entre 8h30 et 18h

(15h le mercredi)

Le Quartier Latin et son Histoire

Retour au sommaire

Le nom de "Quartier Latin" vient de ce que jusqu'en 1789, la langue officielle de l'enseignement était le latin. Maîtres et élèves en usaient dans la vie courante. Le boulevard Saint-Michel, avec ses cafés à terrasses et ses éditeurs, en est le centre d'animation. Autour de la librairie Gibert sont rassemblés des marchands de livres en tout genre. Dans les rues adjacentes, "caves", cabarets, restaurants exotiques, cinémas donnent au quartier un activité nocturne intense.
rue.jpg

Une rue du quartier latin

 

thermes.jpg

Les Thermes de Cluny étaient un établissement de bains important de Lutèce

La Lutèce romaine

Après avoir soumis en 52 avant J.C. la tribu des Parisii, les romains s'installent à Lutèce et au IIIème siècle, la ville compte environ 6000 habitants. Tandis que les gaulois sont sur l'île de la Cité, les romains s'installent sur les pentes de la Montagne Sainte-Geneviève. On y rencontre tous les édifices publics des villes colonisées par l'empire romain tels les thermes, le théatres, les arènes et le Forum. On trouve notamment deux grands établissements de bains (Thermes de Cluny et Grands Bains) qui sont reliés par un aqueduc à la plaine de Rungis. Lutèce était situé sur l'axe Soissons-Orléans si fréquenté qu'il fallut pratiquer les premiers sens uniques de la capitale sur les actuelles rue Saint-Jacques et boulevard Saint-Michel. Autour de ce grand axe, le cardo, se dévellopent également de nombreuses activités artisanales ainsi que des quartiers résidentiels sous forme de villas.

 

Du Moyen-Age à la Révolution

La cité se développe et au XIIème siècle, les clercs de l'évêché passent sur la rive gauche provoquant la création de la première université de France en 1215. De nombreux étudiants arrivent sur la colline où durant 3 siècles s'ouvrent plusieurs collèges : le collège de Sorbon (1253), le collège d'Harcourt (1280) actuel lycée Saint-Louis, le collège de Coqueret, le collège des Ecossais, le collège de Clermont (1550) actuel lycée Louis-Le-Grand, le collège Sainte-Barbe, le collège de Navarre et des dizaines d'autres. Le quartier devient celui de la jeunesse et des étudiants turbulents qui effraient la bourgeoisie. L'université possède d'ailleurs une certaine autonomie et sa propre juridiction : en 1407 , le prêvot du roi qui a fait pendre plusieurs étudiants doit les détacher du gibet et aller demander merci auprès de l'Université. En 1793, la Convention dissout toutes les universités et le latin n'est plus la langue officelle. Sous Napoléon Ier, le quartier redevient un quartier d'étude jusqu'à aujourd'hui par la création de l'Université Impériale de France.

Cluny.jpg

L'Hôtel de Cluny, datant du Moyen-Age

 

La révolte étudiante de Mai 1968

La décentralisation mise en place à partir de 1960 vise à repousser les étudiants vers la banlieue (Orsay, Nanterre...). En mars 1968, le malaise de l'enseignement et plus particulièrement de l'université (critique d'un enseignement traditionnel très rigide, insuffisance des débouchés et menaces de sélections) éclate à Nanterre (22 Mars). La décision de fermeture des universités de Nanterre et de la Sorbonne (2 mai) provoque de très

violentes manifestations dans le quartier latin au cours desquelles de nombreux pavés sont jetés sur les Compagnies Républicaines de Sécurité qui chargent. La contestation touche bientôt les milieux ouvriers entrainant une grève générale. La fin du mouvement se concrétise par la victoire de De Gaulle aux éléctions législatives qu'il a provoquées. Mai68.jpg

Face à Face entre forces de l'ordre et étudiants rue Saint-Jacques pendant les manifestations de Mai 1968